« Je suis émerveillé de voir des gens qui sont sur un bord de trottoir qui peu à peu reprennent le goût à la vie », explique Etienne Villemain. Ces gens-là, ce père de famille d’une quarantaine d’années, ce sont ses colocataires. En 2006, il commence l’aventure Lazare, une association qui a pour but de faire cohabiter des personnes issues de la rue et des jeunes actifs. Pensant changer les SDF à qui il veut donner une seconde chance dans la vie, Etienne Villemain se rend compte que finalement, lui aussi change. Fervent catholique, son message d’espoir et d’amour se développe aujourd’hui au-delà des frontières françaises puisque le concept de Lazare a prévu de s’installer prochainement en Belgique et en Espagne.

 

« A chacun de nous de bouger »

Pas donneur de leçons pour un sou, l’ami des SDF souhaite avant tout alerter les gens qui veulent bien l’écouter de la responsabilité de chacun. « Cette responsabilité elle nous incombe collectivement mais aussi de manière personnelle. On se repose sur les pouvoirs publics en se disant, moi je paye mes impôts, c’est pas mon job. Mais il faut que chacun de nous prenne soin de la famille, des personnes fragiles. (…) L’audace, c’est que chacun de nous se lève, et se dise, je ne veux plus de ça. »

Au regard des expériences auxquelles il a été confronté, Etienne Villemain sait que ce sont les petites galères qui font les grandes misères et les petites initiatives qui peuvent faire les grandes histoires.

Inscrivez-vous à notre prochaine conférence (GRATUIT !)