En achetant sur internet, en lisant un article, en publiant sur les réseaux sociaux, ou simplement en surfant, nous diffusons une foule d’informations personnelles sur notre identité ou nos comportements. Mais ces données ne nous appartiennent pas !

Pour autant, Isabelle Falque-Pierrotin, ne croit pas à la fin de la vie privée. La CNIL, qu’elle préside, est justement chargée de veiller à ce que le numérique ne porte pas atteinte aux droits de l’individu, à ses libertés individuelles ou publiques.
« Même si on n’est pas propriétaire des données, on a la possibilité d’exprimer ses droits » argumente-t-elle. Des droits qui peuvent aller du consentement, à l’accès aux données, en passant par le droit à l’oubli. « On reçoit 8.000 plaintes par an. C’est un bon baromètre de ce qui se passe. »

☛ Inscrivez-vous à notre prochaine conférence sur la mondialisation (GRATUIT !)

> Retrouvez le replay intégral Le vertige du Big Data
> Vous voulez connaître la prochaine conférence, abonnez-vous à notre newsletter
> Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Repères et Perspectives en faisant un don